Blog Progresser en photo

Progresser en photo de rue

Drapeau polonais flottant sur les toits de Cracovie

Vous vous souvenez en décembre 2017 je vous disais dans mon article « Voyage pour tous », que je ne trouvais plus quoi photographier dans ma ville natale. À force de voir des photos de Marc Riboud j’ai eu envie de me mettre à la photographie de rue. Ça fait donc quelques mois que je pratique cette discipline qui, je pense, a été un peu perdu de vue.

Comme vous le voyez donc, je ne fais pas de photo de rue depuis très longtemps, mais je voulais quand même vous écrire un petit article afin de garder une trace de l’état d’esprit que j’ai à mes débuts. Je vais ici vous expliquer en plusieurs points comment je m’y prends pour réaliser mes photos.

Vaincre la peur

Homme pris en photo dans les rues de Cracovie

Un exemple parmi tant d’autres. À l’époque je ne faisais pas encore de photos de rue à proprement parler, je me promenais sur Lille appareil photo à la main, lorsque je vis cette scène :

Un homme avait déraillé avec son vélo et ne parvenait visiblement pas à remettre sa chaine. Deux ouvriers venant d’un chantier voisin étaient venus l’aider. Le vélo était posé à l’envers, scelle sur le bitume, avec donc trois hommes agenouillés autour. Malgré toutes les idées qui me sont apparus à l’esprit j’ai passé mon chemin sans déclencher, par peur d’être vu pendant que je faisais la photo.

La première étape est donc pour moi de vaincre cette peur. J’ai donc commencé à prendre des portraits d’inconnus avec un 35 mm (avec APS-C) et un 25mm (micro 4/3) pour aujourd’hui photographier principalement avec un 14 mm (micro 4/3).

Je n’ai pas opté pour une focale plus longue, car je trouve ça très contraignant par la taille, par le cadre très serré qui oblige à être assez loin alors que la plupart des personnes ou des scènes que je veux prendre en photo sont celle qui se retrouve en face de moi. Et tout simplement parce que prendre des photos de loin ne m’aideraient pas grandement à vaincre ma peur. Aujourd’hui j’assume beaucoup plus de prendre des photos dans la rue, les gens pensent que je suis un touriste avec mon appareil photo autour du coup, je songe même à m’acheter une sacoche banane.

Améliorer ses compétences et non son équipement

Pigeons sur la grande place de Cracovie

J’ai acheté un nouvel appareil photo.

Ok, je vous dis dans le titre d’améliorer vos compétences plutôt que votre équipement et je vous annonce d’entrée que j’ai acheté un appareil photo. En fait, je possédais un appareil photo Nikon, lourd et encombrant, parfait pour tout ce qui n’est pas photo de rue. Je voulais un appareil plus léger afin de pouvoir le prendre tout le temps avec moi et c’est pourquoi j’ai investi dans un hybride. Mais je ne l’ai pas acheté en me disant que je ferais de meilleures photos avec. D’ailleurs, sur le papier il est moins performant que mon reflex. Si vous voulez acheter du matériel parce que vous pensez qu’il vous aidera à faire de plus belles photos, questionnez-vous. J’ai l’impression de ne jamais avoir autant progressé que depuis que je lis des livres…

Mes réglages

La photo de rue me fait utiliser un mode encore jamais utilisé pour moi. Le mode priorité vitesse. En effet je photographie des personnes en mouvement en étant moi-même en mouvement. Je souhaite donc avoir une vitesse conséquente pour capturer cela. Pareil pour les ISO, je me suis mis à utiliser le mode iso auto, en fonction de la lumière je limite mes iso à 800 ou 1600 et je ne m’encombre pas du reste, parce que la technique ne doit pas être un problème.

La technique ne doit pas être un problème

 photo d'un arbre penché près du lieu de tournage de la liste de Schindler

Je vous ai donné mes réglages, en vérité c’est comme je le disais plus haut, surtout pour moi. Afin de pouvoir revenir dans quelques années sur cet article et me souvenir de ma méthode. Peut-être qu’elle me semblera ridicule ?

En vérité vous devez simplement régler votre appareil photo de telle sorte que celui-ci ne vous empêche pas de prendre les moments décisifs. Moi je photographie en marchant, lentement, mais en marchant, j’ai donc besoin d’une vitesse conséquente. Peut-être que vous, vous photographierez assis en terrasse ou allongé sur le ventre, donc à vous de trouver les bons réglages.

Ne recherchez pas la perfection technique

Le plus important en photographie de rue c’est d’être au bon endroit pour capturer la bonne scène, au bon moment et raconter une histoire. La technique c’est secondaire. Photographiez même si vous n’avez pas la bonne lumière, le bon bokeh etc…

Comment je photographie

Libraire dans le quartier communiste de Cracovie, Pologne

Je marche ! Je marche énormément, lors de mes sessions de photo de rue. Je vais au hasard de ce que je vois dans la rue, je laisse les autres me guider. J’avance donc appareil photo autour du coup, toujours allumé et si je vois quelque chose qui m’intéresse je déclenche. Je prends en photo les gens que je croise et qui m’interpelle. Parfois lorsque je vois un lieu,une lumière ou autre je m’arrête et attend de voir ce qu’il s’y passe.

Dernièrement j’étais sur la grande place de Lille, devenue étroite à cause de la grande roue, je me postais là en plein milieu des gens et je prenais en photo les interactions autour de moi.

EVERYONE SHOOTS SHIT SHOTS

Cette magnifique phrase que j’avais entendue dans une vidéo de Kai W et effectivement, tout le monde photographie de la merde. Quelqu’un avait posé une question sur un forum « Une personne prenant 1000 photos pour en avoir 10 exploitables, est un photographe ? ».

Il faut arrêter de culpabiliser à chaque fois qu’une photo est ratée. La semaine dernière je vous parlais de Stephen Shames qui a exposé à la maison folie de moulins. Une vingtaine de photos y sont exposés, il s’agit de photos qu’il a réalisées en l’espace de sept années. Ça ne fait même pas une pellicule. Alors oui, il en a certainement beaucoup plus de bonne à montrer sur cette période, il devait répondre aux contraintes du lieu, que toutes les photos soient cohérentes et en rapport avec le thème choisi etc… Mais je cherche à vous dire que tout le monde prend des photos de merde.

Le post traitement

Photo d'un enfant amusé, Cracovie

Je pense que pour la photo de rue il faut garder un traitement assez simple. Pour ma part j’ai deux presets lightroom que j’ai réalisé moi-même, un pour le noir et blanc, un pour la couleur. J’ajuste ensuite les curseurs au cas par cas. Ce qui est pratique avec les presets c’est que lorsque vous passez la souris dessus vous pouvez voir une prévisualisation de votre image traitée. Il est facile après pour moi de savoir ce qui est mieux entre le noir et blanc ou la couleur

Suivez-moi sur Facebook et Instagram

3 Comments

  1. Bonjour,
    Je te rejoins sur la légèreté, pas de sac, des petits appareils discrets, à la focale courte.
    Il existe aussi une manière de se déplacer que j’ai chopé dans une vidéo de Dotan Saguy. Les 3 F: F comme fishing (on attend dans un coin sympa un évènement); F comme following (on suit un sujet ) et F comme ….. F… encore raté :-).
    @ +

    1. Moi je n’ai pas assez de patiente pour attendre longtemps quelque part, en plus de ça j’aime trop marcher. Je me surprends même parfois à marcher vite alors que je ne vais nulle part… Merci pour ton commentaire 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.