Blog Progresser en photo

Analyse de « La fillette et le vautour » – Kevin Carter

Cette semaine pour faire suite à mon article sur ma retouche photo je vais vous parler d’une forme de retouche en vous racontant la photo de Kevin Carter :

Photo de Kevin Carter prise au Soudan

L’histoire de cette photo

La scène se déroule à Ayod au sud du Soudan en 1993. Nous y voyons une petite fille très affaiblie, souffrant de la famine. A quelques mètres de là un vautour l’observe.

La prise de vue

Rendu au Soudan pour témoigner de la guerre civile et de la famine, l’auteur de cette image pris ici 5 photos. Il attendit une vingtaine de minutes que le vautour ouvre ses ailes, pour accentuer la force de cette image. Finalement l’oiseau ne bougera pas et Kevin Carter le chassera avant de s’éloigner et fondre en larme.

Son ami Joao Silva présent non loin des lieux dira :

« Il était clairement désemparé. Pendant qu’il m’expliquait ce qu’il avait photographié, il n’arrêtait pas de montrer du doigt quelque chose qui avait disparu. Il n’arrêtait pas de parler de sa fille Megan, il avait hâte de la serrer dans ses bras. Sans aucun doute, Kevin a été très affecté par ce qu’il avait photographié, et cela allait le hanter jusqu’à la fin de ses jours. »

Kevin Carter

Le photographe recevra le prestigieux prix Pulitzer pour cette photo. Mais, ayant reconnu ne pas avoir aidé l’enfant il fera l’objet de beaucoup de critique. Le St. Petersburg Times écrira :

« … Un vautour de plus sur les lieux »

Il se suicidera le 27 juillet 1994 sans jamais avoir essayé de s’expliquer.

Alberto Roja

Le Journaliste du quotidien « El Mundo » partira en 2011 pour enquêter sur l’origine de cette photo. Il rencontrera José Maria Luis Arenzana photojournaliste présent à Ayod en 1993 et le père de la fillette.

Cette enquête nous en apprendra beaucoup sur cette photo. Il s’agit en réalité d’un petit garçon nommé Kong Nyong. Il se trouvait à quelque mètre seulement de sa famille et d’un centre d’approvisionnement. Nous observons d’ailleurs sur le poignet droit de l’enfant un bracelet prouvant qu’il était déjà pris en charge par un organisme.

Le garçon a survécu à la famine mais est décédé quatorze ans plus tard de fièvres répétée à cause du paludisme.

Kévin Carter ne pouvait donc rien faire de plus.

Et la retouche dans tout ça ?

Si je vous raconte cette histoire, c’est pour démontrer par les faits aux détracteurs de la retouche photo que, même sans elle on peut déformer la réalité (cette photo à peut-être était retouché d’ailleurs mais ce n‘est pas le propos).

En effet, par ce choix de cadrage, Kévin Carter a décidé d’exclure tous les autres « acteurs » de la scène présent ce jour-là. Que ce soit sa famille ou même médecin du monde. Cette photo déforme donc la réalité comme le fait une retouche*

L’image a fait le tour du monde et par les dons qu’elle a généré à permis de sauver des milliers de personnes.

Et si tout cela n’était pas juste un prétexte pour vous présenter la passionnante chaine YouTube de Photo Synthèse – Petites histoires de la photo:

 

*La retouche peut également être faite dans le seul but de corriger les changements causés par l’appareil photo comme par exemple des nuages disparu dans la surexposition

*L’homme en image d’en tête est Kevin Carter. Photo prise par un photographe inconnu (Si vous le connaissez dites le moi)

 

 

Suivez moi sur facebook et Instagram

 

 

 

 

1 Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.