Blog Progresser en photo

Mes débuts en photographie de rue

Introduction

En avril 2017 j’ai quitté Lille pour aller à Montréal. J’ai profité de ce séjour pour m’exercer à la photo de rue. Chose que je n’avais jamais faite auparavant et que d’ailleurs je n’ai pas refait depuis. Dans cet article, nous allons ensemble passer en revue les quelques photos qui en sont ressorties.

PS 1: J’espère que vous aimez le noir et blanc.

PS 2 : les photos sont placées par ordre chronologique et non par ordre de préférence.

C’est quoi la photographie de rue ?

Hum, en voilà une question qu’elle est bonne. Je n’ai pas trouvé de définition unique (vous pouvez consulter celle de Wikipédia ici), il en ressort que la signification dépend de tout un chacun. Je donnerais donc la mienne. Je considère comme photo de rue les photos prise en lieu public (pas forcément la rue du coup) qui a pour sujet l’humain

Des débuts timides

Photo de rue devant le Molson à Montréal

Voici ci-dessus la toute première photo prise avec cette intention de photo de rue.

Premier constat, l’homme ni est pas directement présent sur cette scène, on se doute juste que le camion n’est pas l’un de ses fameux véhicules autonomes.

Si vous parcourez les internets à la recherche d’astuces pour prendre des photos de rues, celle qui revient souvent est à propos du matériel. On vous conseillera d’acheter un hybride. Plus compact qu’un reflex. Il peut être réglé pour ne faire aucun bruit au déclenchement et pour la masse des gens il n’a pas un look d’appareil photo professionnel.

Pour ma part c’est raté, je possède un bon gros reflex Nikon. Il est donc compliqué pour moi de passer inaperçu lorsque je fais des photos.

Chasseur ou cueilleur ?

Photo de rue sur trepied dans le métro de Montréal

Il y a deux techniques pour pratiquer la photo de rue.

  • Soit vous êtes un chasseur : Vous vous promenez et lorsque vous voyez une scène qui vous intéresse vous la photographiez
  • Soit vous êtes un cueilleur : Vous trouvez un cadre intéressant et vous attendez, parfois longtemps, qu’il s’y passe quelque chose

Ici j’agis en cueilleur. Et si je vous disais pour la photo d’avant que je ne suis pas très discret avec mon matériel, ici je photographie sur trépied. Je dois dire que bien que ce soit celle que j’ai le moins utilisée je me sens plus à l’aise avec cette technique, puisque au final ceux sont les gens qui se sont mis dans mon cadre et non moi qui les ai mis. Enfin c’est n’est pas très vrai mais dans mon esprit il est plus difficile pour une personne de se plaindre d’être prise en photo si c’est elle qui est passée devant l’appareil…

Parlons de la photo. J’ai beaucoup pris le métro durant mon séjour et j’ai voulu capturer l’ambiance de fin de journée qu’il pouvait y régner. J’ai opté comme je le disais pour le trépied afin pouvoir mettre une vitesse suffisamment lente pour créer ce flou au niveau du métro qui arrive mais aussi sur ses voyageur pressé. L’homme à droite vient casser la symétrie choisie au départ et permet une meilleure immersion dans la scène.

Friandise

Photo de rue devant un dépanneur à Montréal

A l’origine j’ai commencé ce type de cadrage car je voulais photographier les dépanneurs (les épiceries si vous préférez) qui font, probablement à leur insu, l’un des emblèmes de la ville.

Quand je suis arrivé dans cette rue et que j’ai envisagé ce dépanneur j’ai été amusé de voir cette association d’enseignes : « Danseurs nus, cadeaux, friandise, village, postes ». Pour faire cette photo, j’ai attendu que l’homme à capuche passe dans le cadre de la porte de cette boutique avant de déclencher. Et j’ai veillé à viser bien devant moi afin d’avoir des droites bien verticales à la prise de vue.

L’entourloupe

Un homme qui attend dans le métro à Montréal

Assis sur un banc, sur le quai d’en face je trouvais cet homme intéressant, et j’ai tout de suite imaginé la photo en incluant l’arrivée du métro. L’avantage à Montréal c’est qu’il est précisé la durée d’attente, je savais donc combien de temps j’avais pour me préparer. Je ne voulais pas préparer mon cadre avec l’œil dans le viseur et risquer qu’il me voie et décide de se lever. Donc ce que j’ai fait, c’est simuler que j’étais en train de regarder mes photos prise dans la journée, et j’ai vérifié le cadrage via mon « Live View ». Ce qui m’a par ailleurs permit de faire la montée en ISO nécessaire à une bonne exposition.

Étant à 1/80mm, la vitesse limite pour éviter le flou de bougé, je me suis mis en garde, pied gauche devant et, une fois le métro à proximité j’ai porté l’appareil à mon œil, calent une partie de celui-ci sur mon épaule gauche. J’ai eu le temps de prendre 2 photos, la première le métro n’étant presque pas présent.

La photographie de sous rue

Photo dans le métro de Montréal

Bon je sais, je dis vouloir faire des photos de rue mais je passe tout mon temps sous cette dernière, nous voici à nouveau dans une station de métro.

Nous étions le soir et je sortais du bus pour rejoindre le métro. Cet homme été un peu devant moi et une fois au bord de l’escalier je le laissai s’éloigner en mettant mon œil dans le viseur. J’ai attendu qu’il se mette à l’endroit voulu et déclenchais pour donner cette photo.

On sort du métro

Photo dans les rues de Montréal

On quitte le métro, mais ce n’est pas pour autant qu’on s’en éloigne. Ici ce qui m’a donné envie de déclencher c’est ce contraste fort entre l’ombre et la lumière. J’ai d’abord déclenché une première fois pour tester un peu le rendu puis satisfait j’ai attendu l’arrivée de passant, Le premier fut le bon.

La tour d’ivoire

Sortie de bureaux à Montréal

Parce que le Montréalais travaille, je suis allé voir les sorties de bureaux. Pour sortir, ces personnes marchaient de gauche à droite (par rapport à la vue de la photo). Mais je ne parvenais jamais à en avoir une seule dans l’image. Jusqu’à cette femme qui tourna sur sa gauche pour se retrouver seule.

Dedans le dehors

auto portrait en reflet à Montréal

Bon? celle ci on triche un peu puisque le seul être vivant présent sur cette photo, c’est moi. A la base je me suis arrêté parce que je trouvais l’intérieur de cet immeuble plutôt sympa. Il y avait deux entrées si je me souviens bien. Une à ma droite, les portes étaient fermées (nous étions dimanche),  et une autre de l’autre côté avec un agent de sécurité. Je suis quand même allé lui demander s’il était possible d’aller visiter le hall mais il m’a gentiment expliqué que ce n’était pas possible.

Je suis donc retourné à mon point de départ pour chercher une solution. Je regardais au travers de la baie vitrée en me faisant la réflexion que si je revenais le lendemain, les bureaux seraient ouverts et je pourrais rentrer. Puis c’est là que j’ai eu l’idée de jouer avec le reflex.

J’aime bien cette photo car on confond l’intérieur et l’extérieur. Le carrelage de marbre intérieur disparait progressivement pour laisser apparaitre les carreaux de béton présent à l’extérieur.

On fait avec ce que l’on a

Photo de rue à Montréal avec la police

Pour cette photo j’avais une focale de 16mm. J’aurais aimé pouvoir zoomer plus mais je n’avais guerre le temps de changer d’objectif pour réaliser cette photo. J’ai une vision tellement large ici qu’il me semble que j’étais maximum à 2 mètres des deux hommes et j’ai dû faire un recadrage. Malgré tout j’obtiens ce que je voulais

Cette photo est un mensonge !

Photographe lille dans les rues de Montréal

La photo est coupé en deux, on voit sur la partie gauche un homme seul regardant à sa droite, et un grand nombre de passant sur la partie droite regardant dans le sens opposé. Lorsque je regarde cette photo j’ai un sentiment de solitude, j’y vois un homme malheureux. Hors d’après mes souvenirs cette homme n’était pas du tout malheureux, cette photo a juste été prise au mauvais moment (ou au bon ça dépend comment on voit les choses). Mon intention de départ n’était pas vraiment celle-là. Je voulais créer un flou de mouvement au niveau des passants et laisser apparaitre cet homme de façon net au milieu de tout cela. Mais lorsque j’ai voulu tester le cardage cette image en est ressortie. Je l’ai beaucoup aimé sur l’instant, je l’aime toujours d’ailleurs. Mais à vrai dire je ne pense pas qu’elle reflète la réalité du moment.

Conclusion

Ça a été pour moi un exercice très enrichissant, on peut voir sur la dernière photo que je commençais tout doucement à être à l’aise avec l’idée de me mettre devant les gens pour photographier. Peut-être que je réitèrerais l’expérience sur Lille.

Après tout je ne risque pas grand-chose, et si l’on m’interpelle à cause d’une photo prise à la volée je n’aurais qu’à m’inspirer de Jean François et répondre : « On se rend compte que l’on ne peut pas tout régler par la violence au moment où l’on voit le moustique se poser sur nos testicules »

Étant un amoureux du portrait j’aimerais à termes, avoir le courage d’aborder des inconnus dans la rue afin de les photographier.

Noody Pics

7 Comments

  1. Dedans le dehors j’adore! La vidéo en lien de you tube est top’. Elle montre la simplicité de faire cela. Il faut pas ce prendre la tête. Relax.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.